-->

 

Namast Web

Retour continents

Accueil Asie
Présentation
Cont@ct


Destinations


Vue générale

Cambodge (07)
Chine (94,94,99, 15)
Inde-Ladakh (95, 13)
Indonésie (92,12)
Jordanie (10)
Laos (96)
Népal (93,97,98)
Thailande (93,06,09, 14)
Tibet (98)
Vietnam (96,08)

Les bonus

Photos
Récits

Anecdotes
Pratique


Chez soi


Liens internet

Cinéma
Lecture
Musique

 

 

 

Pratique

Argent - Sécurité - Santé - Mal aigu des montagnes - Recommandations - Guides de voyage


Argent  Retour en début de page

S'il fallait choisir un seul moyen de paiement, ce serait des Dollars américains en espèces. Il y aura toujours moyen de les changer quelque part, même dans la rue. Mais en cas de perte ou de vol, grosse galère à prévoir.

Travellers Cheques

Euros ou Dollars US

Cartes bancaires

NB. Rubrique en cours de refonte..................


Sécurité  Retour en début de page

Nous n'avons jamais été agressés en Asie, et nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité. Aucun vol non plus mais nous sommes très prudents avec nos papiers, notre argent et nos bagages. Les papiers, CB, billets et l'argent principal se trouvent dans une sacoche banane plate, placée sous le t-shirt, voire même dans le pantalon, coté ventre ou dos. La monnaie courante elle prend place dans nos poches de pantalon, mais jamais dans les sacs. Les sacoches bananes prêt du corps sont désormais bien connues en Asie (ils en vendent), mais elles empêchent un éventuel vol à l'arraché. Lors des déplacements en bus, et spécialement la nuit, les vols ne sont pas rares (à lire les guides). Les sacs se trouvent souvent au fond du bus ou sur le toit, sans que vous puissiez les surveiller constamment. Il est donc bon d'avoir un petit sac afin de mettre les objets les plus précieux comme l'appareil photo. Et ce sac, vous le gardez avec vous bien sûr ! Sinon, les règles de prudence sont valables en Asie comme en Europe. Il existe souvent dans les grosses villes des endroits à éviter, surtout la nuit. Mais pour conclure, je dirais que les pays asiatiques sont en général très sûrs, largement plus que les pays d'Amerique Latine, que ce soit pour les agressions physiques ou les simples vols.


Santé  Retour en début de page

Comme pour l'argent, comptez uniquement sur vous même pour votre santé. Ne comptez pas sur les pharmacies et les hôpitaux locaux. Hormis à Hong Kong, Singapour et peut-être Bangkok, je ne souhaiterais pour rien au monde séjourner dans un hôpital. De plus, le premier hôpital ou même médecin pourrait se trouver à plusieurs heures voire jours de vous. Ne comptez pas non plus sur les autres touristes. Même si vous partez en couple ou à plusieurs, prévoyez suffisamment pour tous. Nous nous sommes fait avoir ainsi au Tibet à tomber malade tous les deux et nous avons épuisé aspirine et autres anti-diarrhéique avant même la fin du séjour. Et si jamais il vous reste trop de médicaments, vous pouvez toujours en laisser dans les hôpitaux.

Renseignez vous bien avant de partir sur les vaccins recommandés et les risques de paludisme. Concernant le paludisme, le Laryam est de plus en plus souvent prescrit. Le Laryam a une mauvaise réputation, due à des effets secondaires non négligeables. Sur une courte période, les effets ne sont pas graves mais peuvent être assez important en fonction de chacun. Dans notre cas, il peut parfois nous fatiguer ou nous donner un sentiment de malaise, de stress. Pour nous, l'effet peut être visible dès le lendemain du premier comprimé, mais les comprimés suivants semblent ne rien donner. Il existe pourtant des médicaments moins forts, tels que l'association Paludrine-Nivaquine. Demandez bien a votre médecin de vous prescrire le médicament qui convient à la région que vous souhaitez visiter. Ne le laissez pas allez à la facilité du bulldozer alors qu'une simple pelle suffirait. En plus, vous en aurez plus cher en Laryam qu'en frais de visa, ce médicament étant extrêmement coûteux.

Lors de tous nos voyages, nous sommes tombés malades à deux reprises. A chaque fois, cela s'est traduit pas un mal de ventre (Chine) accompagné de diarrhées et un peu de fièvre (Népal).

Pour plus de détails sur les problèmes de santé, vous pouvez lire les pages spéciales dans le Lonely Planet du pays à visiter. Le sujet est sérieusement abordé et complet.

Autre sujet très très important ! Le mal aigu des montagnes.


Recommandations  Retour en début de page

Nous n'allons pas vous dire ce qu'il faut faire et ne pas faire, mais nous avons une opinion assez précise sur le comportement que devrait avoir un touriste occidental.

Accepter les différences

Bien des différences nous séparent des pays asiatiques. Il faut les respecter et essayer de se "fondre" au maximum dans la population. Certains mangent du chat, d'autres brûlent les corps dans la rue, nous ne devons pas critiquer ou s'en moquer. Il faut accepter les modes de vie ou bien repartir chez soi.

A savoir, en Asie il est souvent mal vu de caresser la tête d'un enfant (la tête étant sacrée). Il faut également manger, ou du moins porter la nourriture à sa bouche, de la main droite. La gauche est en effet réservée pour... les toilettes.

Tenue vestimentaire

En général en Asie, les gens sont assez pudiques. Les femmes montrent peu leurs jambes, un décolleté profond ou mêmes les épaules. A certains endroits, le short est considéré comme un vêtement de pauvres. C'est donc souvent un manque de respect envers les habitants que de se vêtir à contre courant des usages du pays. C'est bien sûr vrai surtout dans les pays ou régions peu ouverts sur le monde moderne. Si le short pour les hommes passe bien, il n'en est pas de même pour les femmes.

Quel contraste de voir au milieu de pantalons locaux, des femmes occidentales au mini-short ou en mini-jupe, au t-shirt baillant de tous côtés. Je ne suis absolument pas un père-la-pudeur, mais je trouve irrespectueux de se ballader ainsi dans la foule. D'ailleurs, si ces touristes observaient davantage les habitants, elles s'apercevraient très vite des regards fixés sur elles. Le gouvernement népalais par exemple donne des petites brochures de consignes, et parmi celles ci figurent ces remarques vestimentaires.

Cadeaux

Il est tentant d'offrir ici et là des petits cadeaux aux enfants. Il faut en mesurer les conséquences.

Le pire est de donner des sucreries (bonbons, chocolat...). Au Népal par exemple, sur les chemins de trekking, des dizaines de personnes passent chaque jour dans les villages. Si chacun donne un petit bonbon à un enfant, ce sont des dizaines de bonbons qui vont aller se coller sur leurs dents. Qui dit bonbons, dit caries. Hors bien souvent dans les régions rurales, il n'y a point de dentiste et les caries peuvent s'infecter et au final tuer l'enfant. Alors surtout, même si les enfants quémandent des bonbons, c'est le pire des cadeaux que vous puissiez leur faire.

Les stylos, premier ou deuxième cadeau habituellement donné est tout de même moins dangereux. Le problème est que souvent ce stylo se transforme en une monnaie d'échange plutôt qu'en un instrument pour étudier.

Une association s'occupant du Népal nous avait conseillé : "finalement, le mieux est de ne rien donner". Le cadeau a une valeur si il a une raison d'être. Si il y a eu un échange intéressant entre le touriste et l'habitant, alors oui le cadeau a de la valeur. Mais si le cadeau n'est qu'une simple distribution gratuite, il risque de développer la mendicité. Quelle tristesse en effet de voir des enfants vivant au Vietnam ou au Tibet, accourir à la rencontre des touristes pour leur demander "one bonbon" ou "one pen" ou "one dollar". Les enfants et les adultes n'ont qu'une idée à la vue d'étrangers : la mendicité. Nous avons même vu au Vietnam des grands-parents pousser leur petit-fils vers nous, pour qu'il nous demande de l'argent !

Si vous souhaitez réellement apporter votre contribution, offrez vos dons aux associations en France ou aux institutions sur place.

Un autre phénomène touristique consiste à donner de l'argent ou un cadeau contre une photo. Cette méthode a vite été reprise à certains endroits (Tibet, Vietnam, Népal) par les adultes et enfants. Ils se laissent prendre en photo mais ensuite réclament leur dû. Encore un geste qui pourrit par l'argent des peuples jusque là épargnés.

Ce n'est pas parce que vous êtes plus riches que les habitants qu'il faut donner pour vous déculpabiliser. Au contraire, vous devenez alors coupables de grâves changements dans la société du pays visité.

Marchandage

Le marchandage est de rigueur en Asie. Hormis dans les grands magasins, partout vous aurez à discuter les prix demandés. Bien sûr le prix demandé au touriste sera peut-être 5 fois supérieur à la normal. Après plusieurs achats, on arrive assez vite à voir quel prix est correct. L'important est de garder le moral et de sourire lors de la discussion. Les asiatiques marchandent entre eux ils essaient juste d'obtenir de meilleurs prix avec le touriste considéré comme riche. Ils auraient torts de s'en priver. Le mieux est d'apprendre à compter dans la langue locale. Rares sont les touristes à le faire, ce qui donne un atout supplémentaire et surtout l'impression d'avoir une super discussion ! ;-)


Guides de voyage  Retour en début de page

Nous avons testé pas mal de guides pour les préparations de voyage ou pour apporter sur place. Ils ne se valent pas tous et dans une même collection, la qualité peut varier. Toutefois, un caractère général se dégage facilement des différentes collections.

  • Lonely Planet (anglais + versions françaises). Préparation et sur place en individuel.
    Sans conteste celui que nous emportons en premier ! Ces guides sont très complet quant à l'approche culturelle et historique. Mais leur intérêt réside surtout dans leur côté pratique. Tout ce que vous devez savoir s'y trouve,  y compris les problèmes de santé très détaillés. C'est LA collection du voyageur individuel qui veut connaître hôtels, restos, horaires de transports locaux... Les cartes sont très bien faites. Les noms de villes ou lieux sont traduits dans la langue locale (très pratique en Chine par exemple ou dans les pays n'utilisant pas notre alphabet!). Seul petit défaut, ils n'étalent pas vraiment leurs émotions, il est parfois difficile de savoir si tel endroit vaut vraiment le déplacement.

  • Guide du routard. Préparation et sur place.
    Eux par contre n'hésitent pas à donner leur avis. Par contre, les cartes sont souvent médiocres, avec impossibilité de localiser un hôtel dont ils parlent dans le texte. Combien de fois avons-nous pesté sur ce gros défaut ! A part ca, il est pas mal et apporte un bon complément au Lonely Planet. Il est toutefois beaucoup moins précis et complet dans les détails pratiques. Mais attention, une superbe adresse du routard risque de rassembler tous les français du coin, donc si vous ne voulez pas entendre de français pendant vos vacances, oubliez le.

  • Guides Arthaud. Préparation et sur place.
    Celui de la Chine était pas mal et assez complet. Mais là aussi, les renseignements pratiques ne sont pas toujours suffisants.

  • Guides bleus Visa. Préparation ou sur place en voyage organisé.
    La maquette est agréable mais le pays est survolé. Seuls les principaux lieux sont abordés et les renseignements pratiques assez faibles.

  • Le grand guide de ... Préparation.
    Bonne partie culturelle et historique et pas mal de photos. Sur place, il ne servira pas à grand chose, du moins en voyage individuel.

Il existe bien d'autres collections (Olizane, Handbook, Hachette...) mais nous ne les avons pas utilisées.

 

 
Retour Tous continents. Namast Web (c) copyright 1993 - 2011 Tous droits réservés