-->

 

Namast Web

Retour continents

Accueil Asie
Présentation
Cont@ct


Destinations


Vue générale

Cambodge (07)
Chine (94,94,99, 15)
Inde-Ladakh (95, 13)
Indonésie (92,12)
Jordanie (10)
Laos (96)
Népal (93,97,98)
Thailande (93,06,09, 14)
Tibet (98)
Vietnam (96,08)

Les bonus

Photos
Récits

Anecdotes
Pratique


Chez soi


Liens internet

Cinéma
Lecture
Musique

 

 

 

Inde du nord - Ladakh-Zanskar, Agra, Delhi

Voyage juillet-aout 2013

 

NB. Seule la partie trekking est rédigée, le reste arrive bientôt...

Le contexte

Après notre voyage de 1995 en couple, nous voulions retourner au Ladakh que nous avions tant aimé, et bien sur pour faire vivre l'Hymalaya à nos filles agées maintenant de 11 et 14 ans.

L'objectif de ce voyage était donc de faire un trek dans cette région du monde. L'autonomie avec enfants étant assez lourd à gérer, dans tous les sens du terme, nous avons voulu partir avec une logistique : guide, portage, cuisto...
Avec une autre famille d'amis, nous nous sommes constitué un petit groupe de 9 personnes, nous avons fouillé sur le net et dans quelques livres pour savoir où marcher, et avons cherché une agence pour nous organiser la logistique sur place.

Choisir le trek fut le plus difficile.

Trek pas trop dur pour les enfants ? Trek suffisamment haut pour les ambiances, les paysages ? Durée de marche suffisamment longue, mais pas trop ? Trek non gâché par les routes et pises en construction ? Trek offrant une acclimatation progressive ? Enchainement de 2 treks courts pour en faire un plus long ? Trek alliant culture, avec visites de monastères et passages en villages. Pas trop de route ?
Pas facile de compiler tout ça. Voilà en gros les diverses solutions envisagées :

Sham trek (ou baby trek)
Pas très haut, mais du coup très chaud. Route maintenant très présente dans le coin. Assez fréquenté. Etapes courtes, voire trop courtes. Paysages dépaysants, mais pas hyper variés. Trop court, donc on a envisagé de continuer par le Tar La pour rejoindre le chemin Lamayuru-Chilling, mais le Tar La était jugé très dur. Beaucoup de monastères (c'est son intérêt).

Lamayuru à Chilling, puis poursuite sur la vallée de la Markha.
Pas trop de route à faire. Au moins 2 hauts cols, mais très vite, donc acclimatation moyenne. Plus souvent en vallée qu'en hauteurs. Fréquenté. Peu de monastères. Parties peut-être un peu monotones.

Nubra vallée direction Leh.
Pas très haut au départ donc chaud. Pas de villages et monastères. Peu couru.

Grands lacs
Assez loin. Très vastes étendues, donc risque d'ennui ressenti par les enfants quand les paysages ne changent pas très vite.

Pas mal d'autres combinaisons...
Les autres combinaisons sont plus sauvages, donc moins de villages, et moins de camps, obligeant parfois des étapes plus longues.

1/2 traversée du Zanskar de Padum à Darsha
Beaucoup de route pour aller à Padum, puis obligation de rentrer par la route par Manali.
Nouvelle piste/route en construction qui gâche pas mal les premiers jours. Intérêt paysage relatif. Joli monastère de Phuktal.

1/2 traversée du Zanskar de Lamayuru à Padum.
Variété des paysages. Quelques villages et monastères. Beaucoup de cols, un plus pour les paysages, moins pour l'effort. Route en construction commençant à être très présente, voire gênante.
C'est finalement cette option que nous prendrons, mais en le modifiant légèrement.
Nous avons choisi de le faire du sud au nord, en prenant le temps pour rejoindre Padum par la route. La route se fait généralement en 2 jours (genre 20h de route environ), donc nous avons voulu le faire en 3 jours, pour prendre le temps de visiter, et ne pas trop rouler chaque jour (6h max). En plus, les 3 jours font partie de l'acclimatation, donc on évite de rester 3 jours à Leh pour ça. Ce trajet est ma-gni-fi-que, donc on ne regrette pas. Ensuite, il y a 3 jours de marche avec peu de dénivelé au départ, ce qui fait une super acclimatation théorique.
Après Photoksar et le Sirsir La, la route est inévitable, donc nous avons choisi de ne pas rentrer vers Lamayuru, mais d'aller sur Kanji. 2 cols de plus, mais bien plus sauvage, et des paysages qu'on n'espèraient même pas en rêve ! ;-)

Au final, je pense que notre choix fut le bon : acclimatation correcte (même si nous avons eu une malade), très grande variété des très beaux paysages, très chaud sous les 3800m, mais ensuite chaleur bien supportable, beaucoup de cols, donc des points de vue toujours différents.
Attention toutefois, il n'est pas à aborder à la légère. Certaines étapes sont assez longues, beaucoup de dénivelés. On conseille un cheval d'aide si enfants ou marcheurs moyens.

Choisir une agence

n'est jamais une mince affaire. Nous avons exploré différentes sources, dont les agences en France, les agences francophones indiennes ou locales, ou les agences anglophones locales.
Toutes ont répondu assez vite, par contre dès qu'il a fallu adapter à nos besoin, ce fut parfois plus difficile.
Au final, nous avons trouvé une bonne entente avec une agence locale, dont le gérant parle pas mal français, et nous aurons un guide anglophone histoire que nos filles révisent leur anglais.
Nous avons trouvé le nom de cette agence via quelques forums, dont Voyage Forum qui est une mine d'infos. L'agence est Exotic Travel, tenue par Phunchok Tsering.
Il n'est pas dans les habitudes de ce site de faire de la pub, mais c'est bel et bien un conseil de faire appel à Phunchok, nous n'avons pas été déçu du tout, à tout point de vue :

  • organisation nickel dans les multiples transports/transferts effectués
  • équipe trek super
  • nourriture lors du trek excellente, variée, et très copieuse
  • matériel de bivouac récent
  • bonne écoute et bonnes propositions lorsque nous avons cherché à occuper nos 4 derniers jours à Leh
  • réservation d'un minibus + chauffeur pour nous entre Delhi et Leh
  • tarifs très raisonnables comparé à toutes les offres que nous avons eues
  • nous n'avons pas eu l'impression d'avoir eu à faire à une agence qui souhaitait surtout faire du bénéfice, au prix d'une qualité de service médiocre. Son soucis du service est bel et bien présent
  • Phunchok est vraiment très sympa

Bref, c'est parti pour un mois complet histoire de prendre notre temps, pour notre petit groupe de 2 familles habituées à marcher, skier, et grimper dans les Pyrénées :

  • les 4 parents
  • 2 filles de 11 ans
  • 2 filles de 14 ans
  • 1 fille de 15 ans et demi

Sur le trek, la petite troupe sera épaulée par l'équipe locale suivante, composée de ladakhis et zanskaris :

  • un guide
  • trois helpers
  • un cuisto (excellent Nima !)
  • trois horsemen
  • 14 chevaux/mules/ânes

 

Voyage au jour le jour


Jour 1 - Toulouse > Delhi

RAS si ce n'est le plaisir de partir, et le plaisir des vidéos et jeux pour les enfants dans les avions Air France ;-)


Jour 2 - Delhi > Leh (Ladakh)

Nuit passée à l'aéroport, à tenter de dormir dans la salle d'enregistrements...
Vol sans encombre pour Leh, avec Jet Airwways, dont on avait acheté les billets quelques mois auparavant sur internet.
Arrivée à Leh où Stanzi de Exotic Travel nous attend, puis rencontre avec Phunchok avec qui nous avions tout organisé par mail. Transfert à la guesthouse Blue Moon un peu en haut et à l'écart de la grandissante Leh.
2 filles se sentent pas super bien (maux de tête), donc c'est à 5 qu'on se rend pour notre premier repas, avec bon chicken curry en jardin.


Jour 3 - Leh (3500m)

Prise en charge en minibus pour nous 9 et Phunchok, et classique visite de 3 monastères dans cette vallée de l'Indus : Hémis, Tiksey et le palais Shey.
Bonne initiation au boudhisme et à la vie locale avec Phunchok pendant cette bonne journée.
Le temps est un peu nuageux, pas super propice aux photos, mais on profite quand même.

Santé : tout le monde se sent assez bien, pour peu que les quelques montées soient prises au ralenti.
Météo : assez nuageux, mais chaud


Jour 4 - Leh > Shergol (route)

Départ pour le 1er jour de route, direction Padum.
Nous avions décidé de prendre notre temps pour cette longue route, souvent avalée en 2 jours dans les circuits classiques, avec nuit à Kargil. Donc comme la route est belle et qu'il y a mieux que de dormir à Kargil, on ira un peu moins loin, en visitant Lamayuru au passage.
Nuit à Shergol dans un camp à grandes tentes (très chères si on y loge, mais nous, on a nos tentes de trek, donc on les montera au centre du camp).
Le camp est à quelques minutes à pieds du monastère de Shergol, monastère incrusté dans une montagne. Balade pour s'y rendre en compagnie de notre guide Nawang, puis retour, thé, dîner copieux (trop?) et dodo.

Santé : ok
Météo : assez nuageux

Voir les photos des 3 jours de trajet en bus...


Jour 5 - Shergol > Rangdum (route puis piste)

Le périple continue. On dépasse Kargil que personne ne conseille pour une halte, on traverse des villages majoritairement musulmans désormais. Stop à Sanku pour que notre équipe fasse quelques courses. Ce fut l'occasion pour nos filles de rester dans le bus plutôt, histoire d'éviter les regards insistants des habitants, dont certains font le tour du bus pour les observer. Bon ça les a plus amusé qu'inquiété, quoique qu'on ne sait pas trop finalement ;-)

Il fait beau désormais, et c'est tant mieux, car le paysage est à couper le souffle. On parle souvent dans cette région uniquement des montagnes Kun et Nun, les 7000 du coin. Certes ils "envoient" dans le paysage, avec leurs cîmes blanches et leurs glaciers. Mais c'est oublier tout le reste du paysage fabuleux. Il y a en fait de nombreuses montagnes rocheuses, herbeuses, et des glaciers qui se laissent entrevoie parfois, avec des prairies vertes à leur pied, et des torrents. C'est trop beau, et la route devenue piste passe bien, même si certains commencent à trouver le temps long parfois.

Le camp du soir sera l'apothéose du jour : une prairie bien verte, avec une vue sur Rangdum surmonté de montagnes impressionnantes, de l'autre côté le monastère Rangdum que nous verrons demain, et à 360° des montagnes. Quand les montagnes disparaissent dans la nuit, c'est au tour des étoiles et voies lactées de faire le spectable.

Bon, à 4000m, il fait assez froid, et la nuit sera la plus froide du séjour (parait qu'il fait toujours froid ici).

Santé : tout le monde va bien le soir, mais les gestes doivent être lents. La nuit, l'une des mamans se sentira mal avec les signes d'une acclimatation en cours : maux de tête, vomissements. Elle démarrera le Diamox à partir de ce moment là. Les enfants vont très bien.
Météo : superbe temps. Froid au camp (8° la nuit environ).

Voir les photos des 3 jours de trajet en bus...


Jour 6 - Rangdum > Karsha (piste) (3400m)


Avant de reprendre la route, on part visiter le monastère à pieds, et on sera rejoint par le bus la-bas. 1h de marche dans un plateau plat avec quelques gués à franchir. Joli monastère bien typique, protégé par une petite garnison militaire à son pied, depuis que des moines ont été attaqué il y a quelques années de là.

Ensuite, dernière journée de bus sur piste, environ 6h.
Ca reste très beau, avec comme clou du spectable un col à 4400m, le PhanziLa, et un peu plus loin un immense glacier.
Pause assez rapide pour ne pas reste trop longtemps si haut.

Redescente au charmant village de Karsha, avec son monastère à flanc de montagne. On dormira en guesthouse cette nuit, de quoi se laver et voir du monde.
Depuis le village, depuis le monastère, depuis la terrasse de la guesthouse, bref de partout, la vue sur Padum surmontée de montagnes est su-per-be. Vraiment, on ne regrette pas d'avoir fait la route pour venir jusque là, même si on est impatient de marcher maintenant.

Santé : la maman va bien mieux depuis hier, tout le reste de la troupe aura pu atteindre le haut du monastère lentement mais surement.
Météo : beau temps, chaud

Voir les photos des 3 jours de trajet en bus...


Jour 7 - Trek j1 - Karsha > Pishu (3400m)

Temps de marche : 5h - Dénivelé : plat

Ca y est on marche !
Comme prévu, nous avons toujours un cheval à disposition pour l'une des filles, qui monteront à tour de rôle.
Cette journée emprunte la piste qui relie Karsha à Pishu. C'est une piste de terre pas trop marquée, avec quasi pas de traffic, elle n'est donc pas gênante.
La vallée est très large ici, on voit et passe Zangla qui est très loin sur l'autre rive.
Par contre, le soleil tape et il fait chaud dans cette zone assez désertique à 3400m d'altitude. 32° à l'ombre, ça donne plus de 40° au soleil.
Petit lunch légumes, chapatis, mangue, chocolat les pieds dans un ruisseau clair, et c'est reparti pour Pishu, très joli village animé.
Le camp, au bord de la Zanskar est hyper agréable, il y a même des arbres pour jouer au tarot, notre équipe s'étant idéalement placée non loin de là.
Assez éloigné, il y a un autre petit groupe de trekeurs, et une bonne partie du village vient par là pour laver son linge ou se toiletter, ce qui rend l'endroit bien vivant.

La petite balade au village le soir est très instructive : quelques personnes (sans chiens) sont chargées d'aller ramener au village toutes les bêtes au village le soir (chêvres, moutons, ânes), et ensuite, tous les villageois font le tri pour ramener les leurs dans les enclos privatifs.

Dîner excellent et copieux toujours (heureusement, ils ont commencé à revoir les quantités plus en rapport avec nos appétits), et bon dodo.

Santé : tout va !
Météo : soleil et grosse chaleur

Voir les photos de l'étape...


Jour 8- Trek j2 - Pishu > Hanumil (3550m)

Temps de marche : 5h - Dénivelé : assez plat

Chaude journée encore aujourd'hui, malgré un lever à 6h30 pour un départ à 7h30/8h.
Point de piste aujourd'hui, on est sur du sentier bien sec, et toujours sous le soleil.
Belle journée de marche, toujours sans dénivelé, quoiqu'un peu plus montagne russe que la veille, c'est vraiment l'idéal pour l'acclimatation.

Le camp à Hanumil est très mignon, avec des arbres, de l'eau, de l'herbe, et toujours de belles vues, dont l'une donnant sur les montagnes plus escarpées que nous approcherons demain.

Santé : tout va !
Météo : soleil et grosse chaleur

Voir les photos de l'étape...


Jour 9 - Trek j3 - Hanumil > Hanumil (aïe aïe!)

Départ de bonne heure de la troupe. Tout le monde était en forme au copieux petit déjeuner, et c'est avec entrain que nous attaquons le sentier aux abords vertigineux du Zanskar qui gronde sous nos pieds.
Après quelques moments et un mini col, l'une des filles, la plus grande âgée de 15 ans, commence à avoir la vue troublée, de plus en plus, puis des vertiges. Habituée à quelques baisses de tension parfois, nous faisons des haltes régulières et utilisons le cheval pour progresser, sachant qu'un signe du MAM (mal aigu des montagnes) n'est présent (migraines ou nausées).
Son état empire au fur et à mesure de la progression, elle ne tient même plus sur le cheval au risque de tomber. Après 2h de marche, le guide décide que nous devons faire demi-tour. Il pense bien sur au MAM, même si nous n'en sommes pas convaincus. Mais vu les 2 cols qui nous attendent, il est de toute façon impensable de continuer ainsi, nous décidons de rebrousser chemin (en grillant donc notre journée de repos prévue pour plus tard), et d'aviser en fonction de son état le lendemain.

Le retour étant toujours difficile pour elle, nous devons prendre de douloureuses décisions : notre famille continue le trek avec toute la logistique prévue, et la famille qui nous accompagne décide de ne pas se risquer dans les hauts cols des jours suivants. Elle va donc dès demain repartir pour Pidmo, prendre une voiture pour refaire la route Padum, Kargil puis rejoindre Photoksar en taxi toujours. Ca devrait leur prendre 3 ou 4 jours, et 5 jours de marche pour nous. Notre guide leur affecte un helper qui les aidera tout du long de ces quelques jours de transit forcé.

Santé : bon ben, pas top quoi :-(
Météo : soleil voilé matin puis soleil, et chaleur

Voir les photos de l'étape...


Jour 10- Trek j4 - Hanumil (3500m) > Snertse (3850m)

Temps de marche : 6h - Dénivelés : +1000m -530m
Cols : 1er : Parfi La (3900m) - 2ème : 3890m

Tout le monde se sent bien ce matin, même notre malade de la veille. Mais la décision a été prise la veille et tout est prévu : un horseman, 2 chevaux et un helper raccompagnent nos amis à Pidmo pour qu'ils récupèrent un véhicule.
Nous partons tous en même temps, mais dans un sens opposé. C'est triste, mais on relativise, c'est finalement juste pour 5 jours sur le mois à passer ensemble.

Nous refaisons donc une partie du chemin fait la veille, avec un temps encore meilleur (et plus chaud). Nous avions la veille bien avancé à l'approche du premier col. Nous attaquons désormais la montée raide dans la roche ocre. Au fur et à mesure qu'on s'élève, la Zanskar parait plus petit, la route bitumée en construction se laisse apercevoir en contrebas parfois (sans que cela soit gênant du tout), et on commence à évaluer l'immensité de ces chaines montagneuses à perte de vue.

La montée au col est rude. Heureusement, nous avons gardé le cheval de secours, et du coup nos filles en usent davantage (sauf sur certaines portions plates et les descentes). C'est contents et soulagés que nous prenons pied sur le col, aux multiples drapeaux à prières. Le guide est content, et tout le monde se tape dans la main pour cette première étape.

En face de nous maintenant, eh bien on voit ce qu'il nous reste à faire, aargh ! 500m de descente raide et sabloneuse pour rejoindre la rivière Oma, et de nouveau 500m de montée en zigzag sur la montagne d'en face, tout aussi raide et sabloneuse parfois. Ca va être costaud, d'autant que le soleil est toujours là.

A mi chemin dans la descente, pause lunch à l'abri de buissons, avec légumes, pain, melon, chocolat, miam miam.
Fin de descente face à une paroi immense qui a les pieds dans la Oma, et doit monter 500m plus haut peut-être, voire plus, jamais vu une paroi si impressionnante, voire opressante dans le contexte.

Allez, on rejoint le lit de la grosse rivière en bas de la gorge, on mouille tant qu'on peut les casquettes, tours de cou, et c'est parti pour les 500m.
Grâce à quelques nuages, la chaleur n'est pas toujours tenace, et en gardant bien le rythme, on arrive finalement à bien avaler ce col. Derrière, nous continuons à flanc de montagne, avec sous nos pieds, une gorge immense dont on ne voit qu'une paroi, et pas le bas. Impressionnant. En peu de temps, nous voilà arrivés à Snertse et son camp. Nous montons à la tente restaurant pour prendre 2 cocas presque frais, puis retournons aux tentes à monter. Je suis épuisé, et préfère m'éconnomiser, je ne participerai pas au montage des tentes ce soir là.

Sur une terrasse plus bas, il y a ce soir 3 couples de trekeurs individuels en autonomie, on n'avait jamais vu autant de monde ! Ils tiennent peu de place avec leur mini-tente et leur gros sac, ça jure comparé à nous qui sommes 4, avec 2 tentes, une tente mess, une tente cuisine, le staff, les animaux...

Santé : je suis épuisé, petits maux de tête. Le reste de la famille se porte très bien.
Météo : soleil et chaleur

Voir les photos de l'étape...


Jour 11- Trek j5 - Snertse (3850m) > Camp base après Hanuma La (4100m)

Temps de marche : 5h30 - Dénivelés : +980m -370m
Col : Hanuma La (4730m)

Réveil "wake up tea" à 6h du matin. Mince, pour une fois, tout le monde dormait bien, surement dû à la fatigue de la veille.
Départ dans une gorge encaissée, pleine de végétation. On est à l'ombre au départ, et les falaises sont très belles derrière nous, tout comme devant nous. Si on osait une comparaison, on pourrait dire Petra !?
On prend pied sur un gros névé plein d'éboulis, avant de franchir un petit ressaut. Ensuite, on monte graduellement, doucement, dans une vallée ocre de toute part, le ciel bleu pour finir le tableau. A cette altitude, le soleil est très supportable. On croise quelques caravanes et un groupe de trekkeurs. Mais c'est long, pas difficile, mais très long. Heureusement, c'est beau ! Les jambes commencent à peser quand nous apercevons au loin les drapeaux et le shorten du col. Ouf ! Après 4h de montée ininterrompu, nous voilà récompensés : la vue est GRANDIOSE du côté de Lingshed.
Toutes les photos vues sur le net ne remplacent jamais la vision réelle. La vue qui s'offre à nous est immense, tout est loin, tout est haut, le village de Lingshed est minuscule si loin. Au loin, les montagnes semblent ne jamais s'arrêter.
En plus, il fait beau, il ne fait pas froid, pour une fois, on va prendre notre temps et on décide de manger là. Notre cuisto Nima avait prévu du consistant pour ce midi, des gamelles remplies à raz bord de pâtes au fromage et sauce tomage, miam! On mange ça en admirant la vue, et regardant passer notre caravane qui nous a rejoint au col, et qui commence la descente au camp de base.

Nous n'étions encore jamais monté aussi haut, tout le monde va bien, juste un léger mal de tête pour moi, mais ça m'arrive aussi dans les Pyrénées donc...

Au bout d'une heure de panorama, on se décide à repartir dans la grande descente. 1h30 de marche et 370m non stop de dénivelé plus bas, le camp est déjà posé, aux abords d'une petite rivière pour avoir de l'eau courante (la tente restaurant elle est un peu plus haut).
C'est sauvage, c'est beau. 2 enfants mûletiers ont rejoint notre équipe, l'occasion de faire une petite partie de criquet avec eux à plus de 4000m.
Une bonne averse va nous rabattre un temps dans nos tentes, avant d'aller dîner dans la tente mess, avec comme toujours, du bon, du copieux, et toujours des nouveautés.

Santé : j'ai retrouvé la forme, malgré quelques maux de tête passagers. Les autres sont en forme.
Météo : beau temps, une averse le soir. Bonne température en journée, camp frais dès que le soleil se couche.

Voir les photos de l'étape...


Jour 12- Trek j6 - Camp base après Hanuma La (4100m) > Lingshed (3920m)

Temps de marche : 2h00 - Dénivelés : +220m -580m
Col : aucun

Réveil pour une petite journée aujourd'hui, juste 2h de marche pour rejoindre Lingshed, et y prendre un peu de repos, en guesthouse de surcroit, royal ! Ca tombe bien, parce que les 2 journées précédentes avec plus de 1000m de dénivelés positifs à chaque fois ne furent pas de tout repos.

Cette petite matinée de marche vers Lingshed restera un des meilleurs souvenirs du trek. Nous marchons sur des bosses rondes et agrémentées de touffes vertes assez régulièrement "posées", ce qui donne une atmosphère assez douce et plaisante. En second plan, des montagnes acérées du côté de Lingshed, donnant un caractère bien montagneux au tableau. Un peu plus loin, des chaines continues de montagne, que nous pouvons admirer sur notre "balcon". Et enfin tout au loin, de nouvelles montagnes torturées, hautes, et parfois enneigées. Avec le soleil au bon endroit ce matin là, c'est fabuleux. Du coup, on ne se presse pas, et à chaque sommet de bosse, on fait une petite pause pour déguster.

Arrivés au village, nous prenons nos aises dans l'une des premières maisons, qui offre une vue panoramique sur les montagnes, le village et son monastère. Nous irons manger le lunch sous les arbres en contrebas de la maison. Ensuite, ce sera quelques paroles échangées avec les villageaois qui passent nous voir, et quelques parties de "tilo" (osselets) avec des enfants.

L'après-midi, nous irons seuls visiter le beau monastère niché au pied d'une montagne. Aux abords, les moines font toilette et lessives. Lingshed est en fait un village très étendu, où les maisons sont espacées par chacune leur terrain et leurs champs. Du coup la balade au monastère nous prend un certain temps. Nous rentrons un peu plus rapidement sous quelques gouttes de pluie.
Repas copieux dans la "chambre", et dodo pour se préparer à la grande journée de demain.

Santé : nickel.
Météo : beau temps, une averse le soir. Bonne température en journée, camp frais dès que le soleil se couche.

Voir les photos de l'étape...


Jour 13- Trek j7 - Lingshed (3920m) > Camp de base du Sengge La (4470m)

Temps de marche : 7h00 - Dénivelés : +1100m -560m
Cols : 1er à 4310m, 2ème à 4400m et Kiupa La à 4450m.

Grande journée donc aujourd'hui, avec 3 cols et de la distance. Nous mettrons 7 heures de marche, soit près de 8h avec la pause déjeuner, records battus.

Il fait déjà chaud pour le premier col, mais ça le fait, et le paysage est toujours très beau. Décidemment, Lingshed et sa région, entre les 2 gros cols qui l'isolent, est l'un des joyaux de ce trek.
Le second col n'est pas très loin, et pas besoin de descendre entre, donc facile.
Ensuite, nous entâmons une descente de 500m vers Kiumpiata. A partir de là, le paysage a changé est est redevenu plus sec, aride et ocre. Quelques villages aux champs bien verts rompent la monotonie.
La montée au 3ème col est très raide. 500m avalés avec un peu de poussière en 1h, on est assez en forme quand même. Juste avant ce col de Kiupa La, on rejoint la piste en construction, qu'on ne quittera plus jusqu'au camp du Sengge La. Il y a 2 camps séparés d'une heure de marche. Notre guide, sans savoir si nous aurons de la place, conseille de pousser au second pour avoir moins de marche le lendemain. Nous continuons donc sur la piste puis sur sentier, accompagné d'un vent violent et de la pluie sur le final. Nous prendrons abris dans une ruine, en attendant la caravane qui n'est pas encore là.
Au passage, nous avons la chance de voir une horde d'Ibex, les chamois du coin.
L'équipe arrive, montage des tentes rapido pour aller s'y abriter. La petite tempête passe ensuite, il fait de nouveau beau, repas toujours aussi bon, et dodo au pied du Sengge La.

Santé : ma femme est un peu fatiguée par la journée et le temps froid du soir. Notre plus grande fille est en plein forme et participe activement au montage de nos tentes.
Météo : beau temps, tempête de vent et pluie en fin d'après-midi. Beau temps frais en fin de soirée.

Voir les photos de l'étape...


Jour 14- Trek j8 - Camp de base du Sengge La (4470m) > Photoksar (4400m)

Temps de marche : 7h00 - Dénivelés : +745m -975m
Col : Senggela 4950m

Objectif presque 5000m ce matin. Les montagnes nous cachent encore le soleil, et il fait froid. Pour la première fois, on met les coupe-vents pour marcher et attaquer le col.

On utilise les petits lacets de marcheurs, qui régulièrement coupent les grands lacets de la piste.
Ca n'est finalement pas trop gênant, et c'est sans problème et contents que nous voilà en haut en 1h20, au beau, très beau, col du Sengge La.

La vue de l'autre côté est superbe, à la fois vaste et variée. La grande vallée déjà ensoleillée s'étend devant nous, et de chaque côté de belles montagnes et crêtes.
D'autres marcheurs arrivent en même temps de ce côté là, partis de leur camp de base, à 1h15 de marche pour eux aussi.
C'est vraiment très beau, mais il ne fait pas chaud, le soleil nous attend un peu plus bas.

Dans la descente, nous croiserons 2 autres petits groupes de trekkeurs, leurs chevaux un peu plus tard, et un couple, dont la femme est allongée sous une couverture de survie. Elle attend leur équipe de chevaux, avant de savoir si elle va continuer, rester encore un peu voire redescendre. Elle semble juste vide de force, mais sans maux de tête.
Nous les laissons et regagnons la vallée et son soleil déjà bien chaud, pour aller rejoindre un gros torrent à passer à gué.
Le cheval est utilisé pour passer les enfants, les adultes trop lourds passent à pieds, pieds nus ou en sandales (préférable). Le courant n'est pas trop froid, quoique, mais très fort. Les bâtons ou le support du guide sont bien utiles. Un autre trekkeur croisé à cet endroit a d'ailleurs bénéficié de l'aide providentiel de notre guide, sans quoi il serait tombé dans le torrent avec les 2 sacs qu'il portait...

Pique-nique de l'autre côté, avec vue sur les passages d'autres trekeurs en guise d'animation. C'est fou le nombre de groupes qu'on aura vu ce jour là en sens inverse ! Il devait y avoir du monde à Photoksar et au camp de base la veille !

Bon, on reprend le chemin en descente très douce et facile. Ca reste toujours un magnifique endroit, vraiment chouette ! Notre activité du jour est de scruter l'horizon du chemin pour tenter de reconnaître nos copains de voyage. C'est en effet aujourd'hui qu'ils sont censés nous rejoindre. Nous savons qu'ils ont pu rejoindre Photoksar dans les temps.
Au bout d'un certain temps, la "réunification" se fait, signe ou pas de quelquonque divinité, pile aux abords d'un immence mani qui sépare le chemin en 2.

Tout le monde va bien, nous voilà tous repartis direction Photoskar, avec plein de choses à se raconter sur ces 5 jours de séparation !

L'arrivée sur Photoksar est belle, mais pas aussi belle qu'attendue faut dire. Faut dire qu'on termine par un bout de piste, et Rémi m'attire alors vers les champs en contrebas. Le vert tendre des champs d'orges donne un aspect déjà beaucoup plus beau au cadre.
En fait, la vue la plus impressionnante de Photoksar n'est pas celle qu'on a en face du village, de l'autre côté de la gorge, mais plus loin en direction du camp, quand Photoksar montre son profil gauche, avec l'immensité des montagnes en toile de fond.

Nous allons au camp sans passer par Photoksar, mais le camp n'est pas tout près. Du coup, un peu la flemme de retourner dans le village après cette longue journée, nos amis nous en parleront, vu qu'ils ont eu le temps d'y aller, ainsi qu'au village de Maccu, pas trop loin de là, à l'écart du trajet du trek.

Camp ensoleillé réuni, avec les animaux qui sont redescendus au village en guise d'animation.

Santé : RAS
Météo : soleil. Froid le matin, très bien ensuite.

Voir les photos de l'étape...


Jour 15- Trek j9 - Photoksar (4400m) > Spangshan (4100m)

Temps de marche : 4h00 - Dénivelés : +740m -370m
Col : Sirsir La 4900m

Wake up tea, et tout le monde est de nouveau réuni au petit-déjeuner !
Ce matin, on attaque encore par un col, le Sirsir La qui culmine à 4900m. Faut s'y faire, de toute façon, chaque journée restant à passer nous offrira un beau col.
Le début est légérement montant, pour s'orienter à la hausse à l'approche du col, et on termine par un bon raidillon que le final. Ici la piste n'est pas visible ou presque.

Nous avons rejoint le col et ses drapeaux, pour découvrir la nouvelle vue face à nous. C'est moins vert que la veille, et au loin des montagnes aux superbes formes "piquées", nous les rejoindrons demain. A nos pieds redescend la piste. La, on ne peut pas la louper, comme dans la montée du Sengge La. Nous redescendons, plus ou moins vite. Nous croisons en effet un groupe de militaires indiens, qui nous stoppent à plusieurs reprises pour nous prendre en photo en leur compagnie ;-)

Pique-nique à la rivière en bas.

A partir de là, nous quittons le chemin classique du trek, celui qui rejoint Hanupatta, Wanla, Lamayuru. En effet la piste y va aussi à travers des gorges, et il est difficile de l'éviter du coup. Nous avions donc prévu une fin bien plus sauvage, qui rejoint le village de Kanji ("les 4 vallées") en 2 jours après le franchissement de 2 cols.
Ce passage risque fort de devenir un nouveau classique, pour tous ceux qui veulent éviter la piste, ou ne pas monter à Photoksar en voiture, ce qui serait dommage.
Nous sommes bien contents sur place de ne pas prendre cette vallée, elle nous paraît moyennement engageante. Nous tirons donc tout droit en grimpant sur une colline juste après la rivière, et nous serons d'autant plus content de découvrir cette nouvelle et superbe vallée !

Camp dans un magnifique endroit, avec quelques vaches et chevaux qui paissent sur les hauteurs, une rivière qui nous servira de bonne baignoire et douche, et des montagnes toujours aussi belles, et pourtant encore différentes. Vivement demain, mais profitons déjà de la soirée !

Santé : En forme pour nous 4. Chez nos amis, le papa et l'une des filles n'ont pas trop la pêche. L'altitude se fait sentir.
Météo : soleil. Très agréable même si menaçant en fin d'après-midi

Voir les photos de l'étape...


Jour 16- Trek j10 - Spangshan (4100m) > Shillakong (4200m)

Temps de marche : 4h30 - Dénivelés : +?m -?m
Col : Snigutse La 5100m

Wake up tea et petit déjeuner avalé, nous voilà fin prêts à marcher pour nous rapprocher de ses montagnes étranges et si belles entrevues hier.
Ce sont des montagnes ocres surmontées de pics hauts et fins. Du jamais vu encore depuis le début du trek, et nul doute qu'on est tous subjugué par cette beauté ! On a la chance de le faire dans le bon sens, où on s'approche de ces montagnes pour entrer dans une superbe gorge qu'elles forment.
On y marche, pas très longtemps, avant de commencer à monter direction le col, le plus haut col de ce trek, le Snigutse La et ses 5100m.

Tout le monde a la forme aujourd'hui, et ce col n'est qu'une formalité malgré l'altitude. Bon, on n'oublie pas que le cheval des enfants est toujours là, et ils peuvent monter à tour de rôle, ça aide de pouvoir faire une ou deux petites pauses de 20' pendant un col.

Très beau col encore, avec 2 vues complètement différentes de part et d'autre, et toujours autant de drapeaux à prières.
C'est ici que notre équipe nous doublera. C'est toujours sympa de voir une équipe arriver à un col, les hommes étant habitués à lancer des cris de satisfaction à l'arrivée, en plus des cris pour faire avancer les animaux. Photos habituelles et superbe redescente, au départ très raide, puis plus douce.

Un peu plus tard, un dernier petit raidillon nous cassera les pattes, avant que le sentier ne passe devant des bergeries et n'atteigne le camp du soir, où le soleil tape encore fort.
Les tentes sont déjà montées, le tarot sera notre ami.

Santé : tout le monde en forme !
Météo : soleil et nuages. Très agréable.

Voir les photos de l'étape...


Jour 17- Trek j11 - Shillakong (4200m) > Kanji (3800m)

Col : Yogma La 4750m

Dernier jour de trek aujourd'hui ! C'est toujours sympa de se dire qu'on a réussi le plan, qu'on a pris beaucoup de plaisir, qu'on a eu notre dose de marche, mais c'est aussi un peu triste de se dire que ce trajet itinérant va prendre fin ce soir. Heureusement, il nous restera encore 4 nuits au Ladakh et 4 nuits de plus encore en Inde, donc de nouvelles aventures nous attendent.

Un bonne journée ayant un bon col (le Yogma La à 4750m), c'est reparti, ça remonte déjà !
Peu avant le col, le cheval qui portant l'une des filles perd l'équilibre dans un passage rocheux et chute, entrainant ainsi la pauvre Maylis dans les buissons. Heureusement à cet endroit, la pente n'était pas trop raide et elle ne déboulera pas plus loin :-( En fait, le jeune qui tirait le cheval à cet endroit manquait un peu d'expérience, parce que d'ordinaire, dans tout passage délicat pour le cheval, l'enfant était descendue. Pas de gros bobo pour elle, hormis des dizaines d'échardes plantées dans les jambes, fesses et surtout les mains. Les buissons du coin sont en effet recouverts d'épines.
Elle devra passer plusieurs heures les jours suivants, dans des séances de "je me fais enlever les échardes une à une avec aiguille et pince à épiler :-( ).

Le col est avalé, un peu moins spectaculaire que les précédents, mais la descente sera très jolie. Au départ nous marchons sur la crête d'une moraine, puis regagneront une vallée assez verdoyante. Ce fut même assez surprenant de s'asseoir dans une pelouse bien verte pour le pique-nique, on avait un peu perdu l'habitude.

Le temps devient menaçant, il pleut tout près de là, et le tonnère gronde. On ne traine pas, d'autant qu'on a un passage de gué bien costaud à passer. Le cheval fait passer les enfants, et les adultes se mouilleront largement jusqu'à mi-cuisses, dans un fort torrent noireatre.
Bon, pour la petite histoire, une passerelle neuve avait été montée un peu plus loin, mais après le dernier passage de notre guide, 2 semaines auparavant. Ca nous aurait évité le gué un peu olé olé, mais ça nous a valu un bon sujet récurrent pour charrier notre guide !

Même avec le ciel sombre de sombre et les quelques gouttes, la vallée verdoyante à l'approche de Kanji est très jolie. L'arrivée sur Kanji est également très belle, belle vision que ce village au milieu des champs et des 4 vallées qui le rejoignent.

Camp humide, balade au village pour visiter les 2 petits monastères, petite partie de cricket, repas et dodo.

Santé : tout le monde en forme !
Météo : soleil le matin, orages et pluie l'après-midi

Voir les photos de l'étape...


Jour 18 - Retour à Leh en passant par Alchi

Le minibus est là comme prévu ce matin, pour nous ramener à la civilisation.
Ca commence par des travaux sur la piste après Kanji, dans de très belles gorges.
Comme souvent vu, des ouvriers font s'écrouler la montagne toujours aussi friable au dessus de la route. Par contre personne pour déblayer et nous laisser passer.
La première mission est de demander aux ouvriers d'arrêter de faire tomber des caillasses, la seconde est d'aller déblayer nous même les plus gros cailloux sur la route, et le minibus peut enfin passer.

La visite d'Alchi nous laisse un peu sur notre faim. Le monastère est caché au milieu d'habitations, de boutiques et d'hôtels, donc pas de vue d'ensemble. Par contre les intérieurs sont beaux et intéressants, sans être très grands.
Retour à Leh dans notre guesthouse, et à l'agence pour organiser la suite de notre parcours avec Phunchok.

Après examen des possibilités, pas possible de repartir le lendemain en trek du côté de Raumbak.
Donc on opte pour le plan suivant :
- départ pour Likir demain soir, nuit à Likir
- trek de Likir à Yangtang (1ère journée du classique Sham trek)
- trek de Yangtang à Rizong, récup du minibus qui nous emmène dormir à Chilling
- retour à Némo sur le Zanskar, en mode rafting (ce fut la cerise sur le gateau pour les filles en guise de fin ;-)


Jour 19 - Leh, départ pour Likir

Nous arrivons à Likir en minibus par la piste.
Likir a changé depuis 1995, un immense boudda doré trône à ses côtés désormais !
Sinon le monastère est toujours très beau, et ses terrasses offrent une très belle vue sur la vallée, et les chaines montagneuses en face.
On y trouve aussi un musée désormais.

Nous repartons de Likir à pieds, direction notre camp à une petite heure de marche de là.
Nous y parvenons juste à temps pour éviter une bonne tempête de vent et de pluie, qui ne durera pas trop longtemps.

Santé : nickel. On est redescendus et on est acclimaté maintenant.


Jour 20 - Trek J1 - Likir à Yangtang

Journée dans un décor très sec, très aride, désertique.
Ca reste très nature, mais ça restera la moins belle journée de toutes les journées de marche.
Comparé au Zanskar, c'est moins impressionnant, moins esthétique, et le premier col, quoique modéré, n'est pas avalé avec tant de facilité par certains enfants.
Ils ont le physique, mais plus trop la motivation, surtout dans la montée du col chaude et sans trop de vue.
Le col n'est pas des plus agréables non plus : les drapeaux à prière sont accrochés aux poteaux électriques qui passent par là, et une route bitumée y passe également.

En revanche, tout près de là, le village de Yangtang offre une belle image de carte postale. Très beau, il a modestement changé depuis 1995.
Au camp, il y a du monde, ça nous change des camps où nous étions quasiment toujours seuls sur le précédent trek.

Santé : nickel, mais quelques lassitude ressentie chez certains


Jour 21 - Trek J2 - Yangtang à Rizong, puis transfert à Chilling

Passage dans l'agréable village de Yangtang, et bonne descente dans une gorge, avec diverses traversées de la rivière, tantôt sur un pont, tantôt à gué.

Contrairement à la veille, la journée est bien plus agréable pour tout le monde ! C'est très joli, assez varié, et les abricotiers fournissent énergie à profusion ! :-)

Nous laissons le torrent, pour rejoindre plus haut la route bitumée qui nous ménera au monastère de Rizong. Il a bien changé lui aussi. Une école a été bâtie en contrebas, une grande partie a été rénovée, lui donnant un aspect bien plus récent, bien moins encastrée dans la montagne.
Il reste très intéressant et agréable. Nous prenons le pique-nique au frais dans la salle à manger des moines.

Le minibus nous attend après manger, pour nous mener à Chilling, à 2h de route de là.

Le camp de Chilling a un air méditerranéen. Il y a pas mal de monde ici aussi. Certains iront visiter le village.


Jour 22 - Rafting de Chilling à Nemo

Dernière journée bonus pour les enfants, mais aussi les plus grands.

Le trajet retour en raft sera bien plus agréable que la montée poussièreuse en bus de la veille !
C'est très agréable d'avoir une vision différente des paysages, du centre même d'une vallée escarpée, et non plus sur les hauteurs.

Les consignes de sécurité sonr bonnes, il y a même un accompagnateur en kayak en cas de problème, de chute.

Les rapides ne sont pas trop méchants, ça reste soft, mais ça suffit pour se faire plaisir sans peur.

2h30 de descente plus bas, nous arrivons un peu frigorifiés à l'embarcadère des rafts, où nous prendrons le repas buffet prévu.

Retour à Leh après cette journée différente et agréable.


Jour 23 - Leh > Delhi (avion) > Agra (bus)


Jour 24 - Agra


Jour 25 - Agra > Delhi


Jour 26 - Delhi - Départ en fin de soirée pour France


Jour 27 - Paris > Toulouse

 

Budget (2013)   Retour en début de page


 

 

 
Retour Tous continents. Namast Web (c) copyright 1993 - 2011 Tous droits réservés